Ana Spath :  — sur myrobolan ou st julien

Prunier hongrois vigoureux produisant en septembre de bons fruits roses violacés sucrés et très juteux, à déguster crus ou en pâtisserie. Ce prunier partiellement autofertile est rustique et résiste également aux maladies.

 

Belle de Louvain :  — sur myrobolan

Variété ancienne auto-fertile, résistante, de production importante et régulière. Ses grosses prunes allongées sont bleu violacées à chair jaunâtre et juteuse, idéale pour la pâtisserie. Sa floraison est abondante et mellifère, pour une récolte fin aout. Sa floraison tardive lui permet d’échapper aux gelées.

Porte greffe : myrobolan

Bérudge :  — sur myrobolan ou St julien

Prunes d’été comparables aux mirabelles, mais en rouge : très sucrées et parfumées, portées par un arbre rustique d’origine Suisse.

« Boîte aux lettres » :  — sur myrobolan ou St julien

Certainement les prunes préférées du facteur de la Bauche ! Un prunier inconnu qui produit tous les ans et en quantité de très bonnes prunes, semblables à de grosses mirabelles : jaunes, très sucrées, fruitées et aromatisées. De quoi régaler le facteur et les passants !

Bonne de Bry :  — sur myrobolan

Bons fruits d’été violacés de type Reine Claude, sucrés, à croquer ou cuire. L’arbre est productif, résistant aux maladies et partiellement autofertile.

Coco jaune :  — scions de 2 ans sur Brompton

Beau prunier résistant, produisant des fruits jaunes orangés de calibre moyen, sucrés de bonne qualité. Ils se consomment tant crus que cuits en tarte ou confiture.

Cocon :  — scion de 2 ans sur brompton

Une variété locale sauvegardée par le verger sauvage Thévenon rousseau de Novalaise.

Cul de poulet : —- sur myrobolan ou St julien

Variété savoyarde adaptée au froid. Ses prunes roses violacées à bleu violacées sont allongées à chair jaune, peu juteuses, sucrée et très parfumées. Mûres fin août/début septembre, elles sont très bonnes pour tous usages : à croquer, sécher, cuir, congeler… . Son noyau se détache bien.

Prune d’Ente :  — scions de 2 ans sur Brompton ou 1 an sur myrobolan, mariana ou Brompton

A l’origine des pruneaux d’Agen, introduite en Europe lors des croisades. Le fruit frais est rouge foncé noirâtre à rose violacé et pruineux et se récolte en septembre. Sa chair est jaune, juteuse et sucrée. Ses fruits séchés sont bien connus mais ils sont également excellent frais à croquer. L’arbre est vigoureux et productif, autofertile et résistant aux maladies.

La Demoiselle : — sur Myrobolan

Variété ancienne haut savoyarde, sélectionnée dans la nature par les habitants de la région. Sa production est régulière et abondante, les fruits fermes peuvent se récolter au sol. Ils sont plutôt petits, violet pourpre, sucrés, acidulés, à la saveur caractéristique de prune sauvage.

Draps d’or d’Esperen : — scion de 2 ans sur Brompton

Prunes jaunes rosées à chair fine fondante, juteuse, se détachant bien du noyau et à la bonne saveur sucrée et musquée.

Goutte d’or : — sur myrobolan

Excellente prune tardive jaune rosée allongée à la chaire brillante, très sucrée au parfum d’abricot. Cette variété apprécie d’avantage les climats secs.

Madame Bonnard : — sur myrobolan et St julien

Prunier régional (Vienne) adapté à l’altitude, produisant des fruits bleus sucrés de très bonne qualité en septembre.

Mirabelle de Nancy : — sur myrobolan, st julien ou Brompton

Petite mirabelle précoce du XVeme siècle jaune orangée, sucrée, très gouteuse qui se prête à être consommée fraiche, en confiture ou distillée. Arbre vigoureux autofertile à forte productivité alternante. Floraison demi tardive et maturité en aout.

Mirabelle de Sion : — sur myrobolan ou st julien

Variété sélectionnée de mirabelle provenant de lorraine.

Mirabelle de Flotow : — sur myrobolan ou St julien

Variété allemande très fertile. Arbre vigoureux portant des mirabelles d’été douces et sucrées de bonne qualité gustative. Cette variété est excellente crue mais ne se cuit pas (la peau devient amer).

Monastère : — sur myrobolan

Prune surprise, greffon prélevé au monastère de la grande chartreuse dans les anciens vergers par Hervé Monin, arboriculteur à St pierre de chartreuse.

Perdrigonnes : — sur Myrobolan ou St Julien

Sélection de 3 variétés de perdrigonnes, prunes traditionnellement séchées (pistoles) des hautes alpes : la perdrigon violette, perdrigon noire et la petite perdrigonne.

Ces pruniers campagnards portent des fruits petits à moyens, bleu à violet en août, à chair jaune ferme, juteuse, bien parfumée de première qualité gustative. Elles sont traditionnellement séchées, croquées, cuites ou distillées.  Arbre vigoureux adapté à l’altitude.

Pré Chateau : sur Myrobolan

Prunier situé au hameau du Chateau à St pierre d’Entremont, exposé plein nord à 850m d’altitude. Ce prunier rustique offre en abondance presque chaque année des prunes violettes et sucrées de taille moyenne qui font le bonheur des habitants. Il y en a tant qu’elles sont congelées pour confectionner des tartes en hiver. Variété repérée lors de l’inventaire du patrimoine fruitier de chartreuse.

Pruneau de Passy : sur Myrobolan (1 ou 2 ans) ou St Julien (1 an)

Prune haut savoyarde, proche de la quetsche de lorraine, aux fruits ventrus vert clair devenant violacés puis bleu, recouverts de pruine, parfois tachée de brun en altitude. Ferme, peu juteuse mais sucrée. Cette prune était utilisée séchée dans les farcements, plat typique montagnard de la haute vallée de l’Arve.

Quetsche d’Alsace : sur  myrobolan (scion 1 ou 2 ans) ou Brompton (2 ans)

Arbre vigoureux, parfois difficile à contenir. Mise à fruit rapide, fertilité importante et régulière, autofertile. Sa floraison tardive fin avril lui permet d’échapper aux gelées. Ses gros fruits rouge violacés pruineux à chair vert jaunâtre sont fermes, peu juteux, peu sucrés et légèrement acidulés. Mûrs en septembre, et se conservent bien et se consomment également en pruneau.

Quetsche de zimmer : sur myrobolan (scion 1 an) ou mariana (2 ans)

Arbre fertile d’origine allemande à production régulière de gros fruit bleu violacés. Sa chair jaune verdâtre à jaune orangée est juteuse, acidulée-sucrée, aromatique et se détache bien des noyeux. C’est la meilleur quetsche précoce.

Quetsche blanche de Létricourt : scion de 2 ans (porte greffe inconnu) ou scions d’un an sur myrobolan ou St julien

Très bonne quetsche jaune pâle, ferme et sucrée. Variété autofertile adaptée au séchage et très bonne en tarte. Les arbres sont vigoureux et productifs, résistants aux maladies.

Reine Claude Bavey : sur Myrobolan

Grandes prunes sphériques jaune-vertes à chair jaune, très juteuse, à bonne saveur, semblable aux reines claudes dorée. Cette variété Lyonnaise est autofertile, à floraison tardive et très productive. Résiste au gel à au monilia. Récolte à la mi aout et bonne conservation, excellente à croquer, en confiture et conserve.

Reine Claude d’Oullin :  sur Myrobolan et St julien

Grandes prunes sphériques jaune-vertes à chair jaune, très juteuse, à bonne saveur malgré peu de sucre. Cette variété Lyonnaise est autofertile, à floraison tardive et très productive. Résiste au gel à au monilia. Récolte à la mi aout, excellente en confiture et conserve.

Reine Claude tardive de Chamborcy :  – sur Myrobolan (1 ou 2 ans) ou Mariana (1 an)

Variété tardive du XIXieme siècle, vigoureuse et productive. Ses fruits sont ronds, d’un joli jaune vert doré teinté de rouge carmin, à chair juteuse sucrée et parfumée, de bonne qualité. Sa récolte intervient de septembre à octobre. Il est auto-fertile mais n’est pas adapté à la haute altitude.

 

Reine Claude violette :  – sur Myrobolan (1 an) ou Brompton (1 ou 2 ans)

Variété ancienne de 1800, vigoureuse et productive mais alternante malgré son port demi étalé buissonnant. Prune semblable à la Reine Claude dorée, mais violette. Son fruit est rond, très sucré et parfumé. Sa floraison est tardive, la protégeant des gelées et sa récolte se fait de mi aout à début septembre pour être croquées ou transformées. Il peut être pollinisé par la mirabelle de Nancy ou Reine Claude tardive de Chamborcy.

Reine Claude dorée :   – sur brompton (1 ou 2 ans), Myrobolan (1 an) ou st Julien (1 an)

Variété ancienne cultivée depuis au moins le XVIeme siècle, nommée en l’hommage à l’une des reines de France. Productive, fertile, c’est une bonne pollinisatrice. Ses fruits jaunes dorés sont très sucré, mielleux, juteux et parfumés, excellent à croquer mais aussi cuites ou séchées. Elle se récolte fin aout et peut se conserver jusque 2 mois. L’arbre est vigoureux, étalé, difficile à former et souvent alternant. Il nécessite un pollinisateur et résiste au monilia.

Ste Catherine : — Myrobolan ou St julien

Variété ancienne qui était cultivée dans les jardins de Louis XIV, produisant des fruits adapté aux tartes, confitures, et à croquer. Cette grosse prune est jaune ambrée, tâchée de rouge et pruineuse. Sa chair ambre est tendre, fondante et bien sucrée. Le fruit est mûr fin aout / septembre.

St Michel :  sur myrobolan

Prunier rustique, vigoureux à croissance rapide produisant très tardivement des fruits allongés rouges foncés bien sucrés.

Stanley :  sur Myrobolan (1 an) ou Brompton (1 ou 2 ans)

Prunier résistant aux gelées printanières, de vigueur moyenne et très productif. Les fruits sont gros, violets, juteux, principalement pour la conserve (fruits au sirop) ou déshydratés.

Porte Greffe :

Afin de reproduire ces variétés, celles ci sont greffées sur des porte greffe. Vous avez le choix entre différents porte greffe selon votre sols et la vigueur/longévité/production de l’arbre que vous souhaitez :

  • Le Prunus Myrobolana : Prunier spontané européen polyvalent : il supporte très bien les sols pauvres, secs ou un peu calcaire, mais se comporte également très bien en sol humide. Mise à fruit rapide pour une vigueur forte permettant de former des arbre haute tige et demi tige. Rejets nombreux.

  • Le Prunus Mariana GF8 : Résistant au froid et à l’humidité, fort système racinaire et vigueur importante.
  • Le Prunus domestica Brompton : Mise à fruit plus rapide que le myrobolan et moins gélif. Vigueur moyenne pour basse et moyenne tige, adapté aux sols lourds et compacts.
  • Le Prunus domestica St Julien : Moyenne à faible vigueur, bonne affinité au greffage pour sol fort ou argileux.

« A la Sainte Marthe

prunes mûres,

bonne tarte »

...