Petits fruits :

Petits fruits rouges « classiques » :

3 à 5 euros selon origine et taille. Une partie est reproduite à la ferme, l’autre provient d’un autre pépiniériste. En racines nues : Boutures racinées 1 an ou plant de 2 à 3 brins, 2 ans minimum, en production.

  • Cassissiers :
    • – variété indéterminée, reproduite à la ferme, aux petits fruits noirs très aromatiques (bouture 1 an)
    • – Andega : buisson résistant aux maladies, vigoureux aux longues grappes de gros fruits acides gouteux, à récolter en juillet
    •  – Noir de bourgogne : variété ancienne auto stérile (pollinisée par Andega) aux fruits bleu foncé noir acides, très gouteux, aromatiques et parfumés.
  • Casseillers : — c’est fini   !   Entre le cassis et le groseiller, c’est un arbuste résistant, vigoureux, produisant de gros fruits violacés noirs acidulés (mais moins que la groseille) et faciles à récolter.
  • variété indéterminée de la ferme (surement Anita) : — plus dispo !  Vigoureux, productifs, aux gros fruits violacés aromatiques et sucrés précoces.
    • – Josta : Cette variété a un port étalé et produit à la mi juillet. Excellent à déguster sur l’arbuste ou transformés en confitures, pâtisseries, jus de fruit …
    • Groseilliers à maquereau :
      • – Variété de la ferme : — plus dispo — vigoureux, épineux, aux gros fruits verts à jaune et sucrés.
      • – Freedonia : une variété tardive, sans épines, très productive aux gros fruits rouge vineux très fruités.
  • groseillers :

3 brins élevés à la ferme :

    • – versaillaise blanche : Des fruits de mi saison jaunes ambrés, sucrés, fruités, portés par des buissons vigoureux et rustiques.
    • – versaillaise rouge  — plus dispo : Une variété ancienne rustique et productive produisant d’excellent fruits de mi saison acidulés, juteux, parfait pour les gelées, confitures, …

  • – Jonkheer Van Tets : Une variété précoce très productive, résistante aux maladies et rustique aux longues grappes de fruits rouges, légèrement acides et de gros calibre.
  • – Rovada : Variété tardive productive des Pays Bas, savoureuse, aux fruits parfumés légèrement acidulés
  • – Blanka : Variété productive et vigoureuse aux baies blanches, dorées, douces, juteuses et parfumées
  • – Junifer : Variété précoce aux gros fruits rouges brillants acidulés. Variété parfaite pour tout usage, transformée en gelée, sirop, vin, liqueur …

1 brin revente :

    • – Gloire des sablons : variété ancienne tardive aux grappes de fruits roses sucrés très fruités. Vigueur moyenne et bonne production.
    • – London market : variété ancienne très rustique, vigoureuse et productive, aux fruits rouges de gros calibre, rouges, juteux et acidulés.

  • Ronce sans épines
    • Variété de la ferme (1 ou 3 brins racine nue) — plus dispo : pour un couvre sol de ronces à gros fruits sucrés.
    • Triple crown (revente godet 1 brin) : — plus dispo ! — variété sans épines de grosses mûres  à la savoureuse saveur de mûre sauvage. Rustique et productif, à récolter d’aout à octobre.
  • Sureau noir (2-3 ans) — plus dispo : issus de semis sauvage locale.

Quelques petits fruits moins connus … :

Tarif : jeunes plants, 6 ou 7 euros, sauf cornus kousa greffé à 12 euros en godet.

  • Ronce tricolore : ronce rampante couvre sol, persistante, ornementale aux fruits rouge orangés à découvrir en septembre.
  • Amélanchier du Canada — plus dispo : un arbuste mellifère  ornemental, flamboyant à l’automne, aux baies noires sucrées appréciées des oiseaux comme des humains, crues ou cuites en début d’été.
  • Arbre aux faisans : Un joli buisson originaire du Tibet de 2m de haut peu connu, robuste et rustique, à la floraison spectaculaire blanche et pourpre. Ses baies violette pourpres auraient un goût de caramel et sont appréciées autant par les faisans, poules, oiseaux en tout genre, que par les humains en recherche d’originalité.
  • Aronia melanocarpa Nero — plus dispo: un joli buisson mellifère à la floraison blanche abondante et aux fruits noirs acides rappelant le cassis, à glaner crus ou transformer.
  • Aronia prunifolia Vicking : buisson mellifère rustique très décoratif à gros fruits noirs proches du cassis.
  • Argousier : Un arbuste rustique très épineux connu pour ses baies jaunes tonifiantes pleines de vitamines. L’argousier est apprécié de la faune sauvage, mais aussi des animaux d’élevage pour lesquels il peut représenter un fourrage intéressant (très utilisé en Asie). Ses racines fixent l’azote atmosphérique et sont très intéressantes pour fixer les berges et les talus pentus afin de limiter l’érosion.
  • Cornus mas, cornouiller male : un arbuste mellifère à la floraison jaune précoce remarquable, produisant des fruits rouges de la forme d’une olive, à manger crus lorsqu’ils tombent, ou à transformer en gelée. Ils accepte les sols calcaires.
  • Cornus Kousa Big Apple : Cette variété fruitière de cornouiller du japon forme un gros arbuste ornemental (jusque 5m de haut), au feuillage flamboyant à l’automne et à la floraison blanche remarquable, laissant place à de gros fruits roses/rouges originaux, savoureux et sucrés au goût exotique en début d’automne.
  • Chevrefeuille comestible = Camerisier = baie de mai = lonicera kamtchiatica : un buisson rustique mellifère produisant en mai des baies violettes, allongées, sucrée, proches de la myrtille et de la mûre, à déguster crues, séchées ou en gelée.
  • Olivier de Bohème, Eleagnus angustifolia : arbuste épineux à la floraison blanche à jaune très parfumée et extrêmement mellifère, quelque peu épineux et aux écailles et feuilles argentées lui valant son surnom. Les fruits très vitaminés varient du jaune au brun rougeâtre, à déguster fin aout avant que les oiseaux n’en fassent un festin ! Lui aussi fixateur d’azote, ses racines traçantes peuvent également permettre de fixer des berges. Il apprécie autant le chaud que le froid et la sécheresse, mais tolère moins l’humidité stagnante.
  • Chalef d’automne, Eleagnus umbellata : — pas disponible —–  arbuste épineux à la floraison blanche crème odorante et très mellifère. Les eleagnus sont réputés pour fixer l’azote de l’atmosphère et le restituer dans le sol : leur autofertilité partielle en font de bons compagnons dans des jardins forêt et les haies fruitières denses, ou des arbustes idéaux pour les sols pauvres. Les fruits, ronds et rouges piquetés d’argent sont comme de toutes petites cerises acidulées. Ils peuvent se transformer dès la fin de l’été, mais mieux vaut attendre l’automne et les premières chute de fruit pour les déguster crus. Les oiseaux et poules se régaleront aussi …