Comment choisir son pommier ?

Cette année encore, le choix ne manque pas, avec une centaine de variétés différentes greffées à la pépinière. 

Et je sais que le choix était déjà bien difficile l’année précédente, alors comment choisir sa variété ?

  • La localité : Les locales sont à l’honneur, petits trésors rapporté de mes excursions et du travail des croqueurs de pommes, du parc de chartreuse et de l’association jardin du monde montagne.
  • Par époque de maturité : quand aimeriez vous manger et récolter vos fruits ? Partez-vous en vacance au mois d’aout ? Avez vous une cave pour conserver les fruits de garde ?
  • Par Porte Greffe : toutes les variétés ne conviennent pas à tous les porte greffe. Selon le volume de l’arbre que vous souhaitez, votre sol, la pérennité de votre arbre, la vitesse de mise à fruits … vous pouvez vous laisser guider par les disponibilités.
  • Par l’usage que vous en ferez : envie de pouvoir croquer dedans à pleines dents, confectionner la meilleur des tartes aux pommes, une compote onctueuse, des pommes au four qui caramélisent ou encore du jus ou du cidre … ?
  • Le goût : sucré ou acide; la texture : tendre ou croquante, la couleur … 

Vous pouvez choisir de limiter la recherche avec l’une des catégories ou alors lire l’ensemble des descriptions et marcher au coup de cœur … à vous de voir !

Pommes des moissons : à croquer ou transformer de juillet à mi septembre

Akane : — sur porte greffe M7

De belles pommes croquantes et juteuses, sucrées avec une pointe d’acidité, à la peau carmin striée de rouge. Cette variété moderne fleuri précocement pour des fruits matures en aout.

Bonne ménagère : — plus disponible

Aussi appelée Gros rambour d’hiver, monstrueuse de Nikita.

Très grosse pomme jaune, striée de rouge, rafraichissante, agréable et tendre. Se récolte en septembre et se consomme rapidement, comme la plupart des pommes d’été. Cette variété a été retrouvée sur un vieil arbre à La Bauche, qui s’est déraciné cet hiver 2020.

Astrakan rouge : — Sur franc et M111

 Pommier précoce peu vigoureux, à conduire en basse tige, extrêmement fertile, et produisant des fruits de belle taille et à la peau jaune marbrée de rouge. Les pommes sont juteuses, bien sucrées, acidulée et au parfum délicat fort agréable.

Borowitski : –– plus dispo

Une bonne pomme précoce, rustique et fertile.

Originaire de Russie, aux alentours de 1700. Son épiderme est jaune clair, rayé de rouge rosé. Grosse, acidulée, parfumée et juteuse, elle se consomme de fin juillet à mi septembre. L’arbre est érigé et fertile.

Gravenstein : — sur M111 (qualité P) et Franc 

Une très bonne montagnarde rustique, précoce, locale, aux multiples usages.

Variété originaire d’un pays nordique, se récoltant d’aout jusque octobre mais de conservation médiocre. Sa peau est , sa chair acidulée, très parfumée, juteuse, croquante et fine. L’arbre a une forte vigueur, érigé, fertile avec alternance, mise à fruit rapide et résistant aux chancres bactériens.

Juillet : — sur M111

appelée localement Juillet, c’est en fait une stark earliest, américaine du début XXieme.

Très bonne pomme, présente localement, autofertile et la plus précoce.

Un pommier quelque peu moderne (1940) mais aux multiples atouts : une pomme au 14 juillet, jaune vif tachée de rouge, fraiche, acidulée, parfumée et juteuse. Comme toute pomme d’été, elle se conserve peu et devient vite farineuse, mais se prête très bien à la cuisson et à la patte de fruits. L’arbre est de moyenne vigueur à ramification large, fertile, autofertile, avec une mise à fruits rapide. Eclaircir et tailler en été pour créer un puit de lumière évite l’alternance et permet une fructification plus rapide.

Transparente blanche : — sur M111

« L’une des meilleurs précoce » selon certains, variété à sécher, à production régulière.

Variété de Lettonie, introduite en France vers 1815, probablement par un soldat lors de la campagne de Russie de 1812. Cette pomme à peau fine devient rouge au soleil, à une chair blanche juteuse, tendre, légèrement acidulée, rafraichissante, très sucrée, plaisante. Ces pommes d’aout supportent mal les manipulations et deviennent vite farineuse, mais celles que vous ne mangerez pas se transforment facilement : séchage, congélation, compote, pâtisserie, … L’arbre est de faible vigueur.

Transparente de Croncel : — sur Franc, M111 et M9

Une bonne rustique, précoce et résistante.

Cette variété a été obtenue suite à une semis de hasard à Troy en 1864. Ses grosses pommes se récoltent en aout, ont une peau jaune mat virant au blanc, une chair juteuse, mi tendre, acidulée et au léger arome assez fin. Cette pomme se conserve mal et devient vite farineuse mais se cuisine pour des conserves. L’arbre est rustique, très vigoureux, productif, résistant aux maladies.

Scarlett surprise (sanguine) : – plus dispo

Cette pomme à la totalité de sa chair rouge vif très prononcée, surement la plus colorées et flamboyante des variétés sanguines proposées par la pépinière. Les fruits sont savoureux, sucrés et mûres dès aout. L’arbre est tout aussi coloré que ses fruit : floraison rose intense, feuillage et écorce rougeâtres.

Des pommes à savourer sur l’arbre de septembre à décembre

Api rouge : sur franc et M111

La fameuse pomme d’api de la chanson. Petite, rouge carmin, à la chair blanche, sucrée, un peu acidulée à déguster de septembre à novembre crues ou à transformer en jus ou cidre. Les arbres sont rustiques, résistants aux maladies et à production régulière.

Belle Sanguine : sur M7

Fruits moyen, rouge sanguin à la chaire magnifique rouge veinée de blanc, croquante, sucrée acidulée à récolter fin septembre.

Bénédictin – Orange de Blenheim – Reinette dorée – Reinette d’angleterre (AVPS) :  plus dispo

Un arbre généreux, aux fleurs résistant au gel et formant de très bonnes pommes.

Variété ancienne et rustique assez présente localement bien qu’originaire d’Angleterre : elle a été retrouvée notamment lors de l’inventaire des fruits de chartreuse à St Pierre d’Entremont ou elle porte le petit nom de « de la Sure ». Les fruits sont jaune vert gris, orangés, striés de rouge. D’un gros diamètre, la chair est blanche, sucrée, aromatique, juteuse et ferme. Très bonne crue, elle se prête aussi très bien aux pâtisseries et au four, pour une consommation de septembre à décembre.

Cannelle verte  :  – plus dispo

Bon pommier d’automne peu vigoureux.

Originaire des 2 Sèvres, ses fruits se consomment en novembre/décembre. Ils sont jaunes lavés de rose, faiblement sucrés et acidulés mais juteux, parfumés et goûteux. Elles se croquent et se cuisent.

Cox orange : sur M7 

une bonne petite pomme anglaise, mais peu rustique.

Variété issue d’un semi de hasard de 1825 en Angleterre. Les fruits sont rouges orangés, juteux, parfumés, légèrement acidulé, au gout proche de la poire. Leurs loges creuses laissent entendre les pépins comme un grelot. Ils se consomment d’octobre à décembre.

Dries : sur M7

Grosse pomme sanguine à chair rose fushia, juteuse, savoureuse au goût aigre doux. Cette variété est mûre fin septembre et se conserve plusieurs mois au frais sans perdre ses qualités.

Graine de st Laurent du Pont : – plus dispo

Variété locale au profil génétique unique repérée dans un verger de ferme lors des inventaires effectués par le parc de Chartreuse, l’association Jardin du Monde Montagne et les Croqueurs de Pomme. L’arbre mère vit sans doute sa dernière année. Les pommes sont décrites ainsi par son propriétaire, qui les récolte en famille depuis l’enfance : L’arbre produit en septembre des pommes grosses et douces, tendres et très juteuses et à la peau jaune quelque peu striée de rouge.

Grand Alexandre :  sur Franc et M111

Variété ancienne de bonnes pommes, auto-fertile et peu alternant.

Arbre originaire de Russie vers la fin XVIII. Ses très gros fruits sont jaunes lavés de rouge carmin, sucré, au parfum de violette et framboise, légèrement acidulés, juteux, à la chair jaune tendre et fine. Ses fruits d’automne se croquent et se cuisent. L’arbre est autofertile, à floraison odorante, fertile, érigé à forte vigueur mais préfère ne pas être exposé aux vents.

Grand Alexandre de Savoie : – plus dispo

L’un des plus beaux fruits de saison et une bonne montagnarde multi usage.

Variété ancienne, inconnue mais cultivée depuis longtemps en Savoie. Les fruits sont jaunes lavés de rose et rayés de rouge, à la chair tendre couleur neige, fine, sucrée, moyennement acidulée, parfumée et gouteuse. Elle se consomme au couteau ou cuite et permet de préparer d’onctueuses compotes. L’arbre est productif, peu alternant.

Jacques Lebel : – plus dispo

Un pommier rustique, résistant aux maladies, très fertiles et dont les fruits peuvent être séchés.

Cette variété est issue d’un semis de hasard de 1825 à Amiens. Les fruits sont gros, verts jaunes striés de rose rouge, parfumés, juteux et tendres. Ils sont mûrs en septembre et consommés jusque novembre mais se conservent peu et deviennent « huileux » avec le temps. Ils peuvent par contre être séchés, transformés en jus et croqués. L’arbre est vigoureux, très productifs, au port de parasol à longs rameaux.

Museau de lièvre : sur franc et M111

Très bonne, ancienne et rustique.

Cette variété serait originaire du sud ouest. Ses gros fruits (dont la forme lui vaut son nom) sont jaunes pales, très peu lavés de rose orangé, à chair blanche, très sucrée, acidulée, parfumée, croquante. La conservation est bonne, pour la table ou le jus. Sa floraison est semi tardive, l’arbre moyennement vigoureux, à port ouvert et serait résistants à la tavelure et aux pucerons.

Pink Pearl (sanguine) : sur M7 et M9

Pommes sanguine conique très croquante, sucrée/acidulée. Sa peau vert pâle laisse place à une chaire rose foncée/fluo. Cette très bonne pomme de bouche se conserve plusieurs mois.

Quérina : – plus dispo

Belle pomme rustique, résistante et productive.

Variété moderne de 1977, aux fruits d’une belle couleur rouge foncé, à bon équilibre sucré acidulé, juteux, croquants. L’arbre a une floraison tardive, il est semi érigé, productif, résistant à la tavelure, à mise à fruit rapide mais alternant.

Reine des reinettes : sur Franc ou M7 

Une très bonne basique ancienne et rustique qui est aussi très bonne polinisatrice.

Originaire de Hollande, du XVIIIieme siècle. La récolte est échelonnée dès septembre et les fruits bien gardés se consomment jusque mars. Leur peau est rugueuse, rayée de rouge sur fond jaune mat, à chair acidulée, au gout de noix, juteuse, fine et croquante. Ses fruits se consomment crus et en tarte. Cette variété est partiellement auto fertile, à floraison étalée moyenne à tardive, forte vigueur et rusticité, résistante à l’oidium. Un éclaircissage peut lui être bénéfique.

Rose de Berne :  sur Franc, M111 (qualité P), M7 ou M9

Une bonne et jolie rouge, rustique, trouvée dans une forêt en 1850 d’un semis de hasard.

Son épiderme est rouge carmin, sa chair sucrée, acidulée, parfumée, juteuse et rafraichissante. Elle se consomme d’octobre à décembre et se comporte bien en altitude.

Royale de Belledonne : sur M111

Une ancienne du massif de la Belledonne, sauvegardée par le conservatoire de Quaix en Chartreuse. Des fruits juteux et parfumés qui méritent bien leur noms, portés par un arbre à port ouvert.

Signé Tillich : – plus dispo

Variété du Danemark retrouvée dans un verger du Touvet. Les gros fruits sont côtelés, vert/jaune rosés, à chair juteuse, croquante, acidulée et parfumée. Savoureux cru, une fois cuit au four ou en compote ils se transforment en miel fondant. Ils sont mûres en septembre/octobre.

Des pommes qui se consomment dès l’automne, mais se conservent jusque dans l’hiver.

Api étoilée :  sur M9

Une ancienne petite pomme étoilée, résistante, fertile et rustique.

Cette variété était célèbre en suisse au XVIieme siècle. Les pommes sont jaune et roses, d’une forme originale étoilée, rafraichissant et ferme. Sa conservation est excellente : consommation dès la récolte tardive en novembre jusque mai, au couteau, cuite ou séchée. L’arbre est moyennement vigoureux, très rustique, fertile. Son port est à la fois érigé et pleureur, aux nombreux et longs rameaux. Il se cultive en buisson pour supporter sa fertilité. Il résiste particulièrement bien à la tavelure et au mildiou.

Pomme des Baladins : sur Franc

L’arbre analysé unique lors de la campagne d’identification de la diversité cultivée de chartreuse se trouve au Hameau de St Même du Bas, à St Pierre d’Entremont. Il porte de très nombreuses pommes jaune orangées principalement utilisées localement pour le jus et le cidre.

Belle de Boskoop : sur M111

Un pommier résistant aux maladies, produisant des pommes de beau diamètre.

Cette variété originaire des Pays Bas date de 1856. Ses gros fruits sont variables, verts gris nuancés de rouge et jaune. Sa chair est jaune, très acidulée et sucrée, ferme à croquante et de bonne conservation (jusque mars). Consommée crue, elle est également excellente cuite en tarte. L’arbre est vigoureux, basitone, aux ramifications ouvertes et de bonne productivité bien qu’alternante sans éclaircissage. Bien connue des anciens de chartreuse, comme une très bonne pomme à toute fin.

Chouquette : sur M9

Variété moderne résistante à la tavelure, productive et rustique portant des fruits rouges violacés très croquants et au goût équilibrés. Excellente crue, elle peut également se cuire. 

Croison de Boussy :  sur franc

Une très bonne pomme ancienne, rustique, productive et craquante.

Cette variété a voyagé de la Russie à la haute Savoie sous Napoléon. Les fruits sont jaunes pâles, mouchetés de rouge au soleil, sucrés, légèrement anisés, juteux et tendres. Ils se consomment d‘octobre à janvier février crus, en jus, en cidre. La floraison est tardive, rendant cette variété assez rustique. Les arbres sont vigoureux et dressés.

De Risoul : sur franc

Variété très ancienne, rustique, peu sensible aux parasite et de bonne conservation.

Originaire des Hautes Alpes, ces arbres étaient cultivés à échelle commerciale autours de Risoul  pendant la guerre jusqu’à l’avènement des pommes modernes américaines. Les gros fruits sont jaunes striés de vermillon, acides, parfumées et de très bonne conservation. Les anciens les conservaient dans le foin en cave ou grenier parfois jusque 9 mois. Ils se prêtent bien à la production de jus. Les arbres sont souvent très productifs, peu alternant et résistant aux maladies.

Double Croquet – Double Bon – Double belle fleur : – sur franc

Variété ancienne et rare, d’origine ardennaise à wallonne, vigoureuse et rustique produisant de bons, beaux, gros fruits côtelés jaune à rouge intense; à la chair juteuse, parfumée, à la fois sucrée et acidulée. Les fruits consommés d’octobre à janvier sont également excellent en jus et cuits, et étaient traditionnellement utilisés en pâte de pommes.

Du Léon : – plus dispo

Variété sauvegardée il y a 30 ans, issue d’un très vieux et gros pommier du Touvet aujourd’hui disparu. Il se trouvait dans la vigne de Léon Brun, ancien poilu de 14-18, grand oncle de Mr Bourdat. L’arbre est dressé, à production alternante. Les fruits sont lisses, vert/jaune striés de rouge, sucrés et se conservent jusque janvier. Ils se croquent et se cuisent en compote ou au four. Pommier issu des inventaires sur les ressources cultivées.

Franc Roseau : – plus dispo

Aussi appelée châtaigne du Léman.

Une autre bonne pomme locale, rustique, résistante et de bonne conservation.

Cette variété serait originaire d‘Aiguebelette. Ses gros fruits sont verdâtres, presque entièrement lavés de rouge brillant et maculés de brun fauve. La chair est rosée sous l’épiderme, agréable au goût de bonbon acidulé, sucrée, juteuse, ferme voir croquante, et de très bonne conservation lorsque cultivée en altitude. Elle de déguste au couteau, en pâtisserie et en jusRustique jusque 1000m d’altitude. Elle était l’une des pommes phares, cultivée dans les pré vergers le siècle passé, vestige de l’avant pays savoyard.

Franc Roseau Blanc : – plus dispo

Une belle pomme locale plutôt résistante, sur un arbre vigoureux.

De profil génétique unique, seulement 2 arbres sont connus, dont l’un au verger sauvage Thévenon Rousseau à Novalaise. Les fruits sont légèrement aplatis, juteux, rouges et jaunes, fermes, et se consomment jusqu’en janvier. Elle se prête à la fabrication du jus.

Galantine de Savoie : – plus dispo

Une grosse pomme montagnarde, belle et bonne à manger, portée par un arbre fertile et rustique.

L’origine ancienne est inconnue, mais elle est très présente en Savoie et haute Savoie. Les fruits sont jaune lavé de rose, sucrés, au goût de citron, juteux, mi tendres et de longue conservation. Ils se croquent et se cuisent. La floraison est tardive, l’arbre vigoureux, fertile, à mise à fruit rapide.

Groin de veau du Touvet : – plus dispo

Variété semblable aux groins de veau, anciennement répandue à St Bernard. Il n’en reste qu’un très vieil arbre centenaire. Ses pommes du plateau étaient auparavant vendues à Grenoble sur les marchés. Ses fruits jaunes citron et lisses en forme de groin de veau sont mûrs en novembre et se conservent jusque mars, bien qu’ils soient meilleurs fraichement cueillis : à la longue ils deviennent huileux puis farineux. La chaire dégage une légère odeur de coing.

Gueule de mouton : sur franc

Variété très rustique et très vigoureuse, bon polinisateur produisant des fruits vert à jaune juteux au goût variable selon la saison, très bonne à croquer, à cuire et parfaite pour le cidre. Sa mise à fruit est rapide.

Histoire : sur M9 (scion de 2 ans)

Variété moderne d’excellentes pommes rouges foncée brillante, croquantes et très sucrées de longue conservation. L’arbre résiste à la tavelure, produit rapidement et de manière régulière. 

Mignonette d’Herbassy: sur franc, M111 ou M26

Une grosse pomme régionale, connue sous le noms de Grésine dans l’avant pays savoyard.

Rouge, striés de gris, les fruits ont une chair blanche, croquante, acidulée, juteuse, goûteuse et se conservent jusqu’en février. Pomme à couteau et à cidre. Les arbres fleurissent tardivement, sont vigoureux mais peuvent avoir tendance à alterner en production d’une année à l’autre.

Melrose : – plus dispo

Classique, résistante aux maladies, bonne production et mise à fruit rapide.

Variété américaine de 1944. Gros fruits rouges brillants à joue ombragée jaune, juteux, croquants, sucrés et légèrement acidulés. Les fruits se dégustent d’octobre à mars crus ou en pâtisserie. Les arbres sont vigoureux, dressés, productifs, résistants à la tavelure.

La Nationale : sur M111 ou M26

Grosse, belle et bonne, rustique, ancienne, très présente localement et à production régulière.

Variété originaire du Rhône (1800), qui produit de gros fruits rouge sangs, sur fond jaune, à chair mi sucrée, mi acidulée et rafraichissante juteuse et de texture mi fine, mi tendre. L’arbre a une floraison tardive, une forte vigueur, peu d’alternance et une mise à fruits rapide.

Opaline : — sur M9 (scion de 2 ans)

Variété moderne produisant de belles et grosses pommes jaune d’or à points gris portées par un arbre moyennement vigoureux, très productif et résistant à la tavelure. Excellente, sa saveur est particulièrement bonne : elle est juteuse et sucrée, aromatique et à la fois ferme et onctueuse.

Panette : – plus dispo

Variété cultivée localement, vigoureuse et fertile. Son origine est inconnue mais elle est présente localement, notamment à la Bauche en Savoie. Sa peau jaune lavée de rose renferme une chair crème, tendre, sucrée et sans acidité.

Pré château : – plus dispo

2 arbres ont été identifiés au pré château, hameau exposé nord de St Pierre d’Entremont. Rustiques, ils produisent des pommes asymétriques vertes lavées de rouge carmin, à la chair fine, juteuse, un peu sucrée, acidulée. Elles se croquent, se sèchent et se transforment en compote.

Rambour d’hiver : sur franc

Pommier ancien, rustique, résistant, à production régulière.

Ancienne variété de l’ouest. La peau de ses fruits est fine, jaune lavée de rouge, cireuse. Ils sont, gros, acides, à chair tendre, savourer à croquer, en tarte et excellente en compote. Bonne conservation jusque avril. L’arbre a une forte vigueur et un port retombant très ramifié. L’extinction naturelle de ses bourgeons floraux leur permet de réguler la charge et la production d’une année à l’autre. Les arbres sont très peu sensibles aux maladies.

Reinette des Chartreux : sur franc, M111 et M26

Une bonne pomme résistante aux maladies.

Les gros fruits sont jaune or lavés de rose à l’insolation et plaqués de fauve. Leur chair est sucrée, parfumée, au goût relevé, juteuse et croquante. Les arbres sont de moyenne vigueur à port très étalé.

Reinette de Demptézieux : sur franc, M111 (qualité P) et M9

Une très bonne locale ancienne.

Retrouvée à Bourgoin Jauilleu dès 1800, les fruits sont jaunes saumonés, sucrés, mi acidulés, parfumés, gouteux, juteux et mi fermes. Ils se conservent jusque avril. L’arbre a une vigueur moyenne, une charpente solide bien équilibrée.

Reinette du Mans : sur franc, M111

Excellentes pommes à croquer, cuir et à sécher, ancienne, rustique et résistante.

Les fruits sont verts jaunes, ponctués de petites tâches grises, à chair juteuse, ferme puis fondante à maturité, acidulée, parfumée, au goût apprécié de vanille. ils se consomment d’octobre au printemps. Sa floraison tardive lui permet d’être cultivée en montagne. L’arbre est fertile, à alternance modérée, de bonne vigueur pour un port érigé puis retombant mais de longue mise à fruits.

Rose de Bouchetière : sur franc et M111

Cette variété iséroise, encore cultivée dans les petits vergers locaux, est originaire de Vinay dans le bas grésivaudan. Les pommes sont vert jaune rosées à l’insolation, de chair ferme couleur neige, sucrées et goûteuses. La récolte se fait début octobre et les pommes se conservent jusque janvier. Elles se dégustent au couteau, en pâtisserie ou compote. L’arbre est assez résistant aux maladies.

Les Reines de l’hiver :  il faudra les ramasser avant les gelées et les laisser mûrir en cave pour découvrir tous leurs arômes. Elles se consomment souvent jusqu’au printemps suivant.

A Côte : sur Franc (qualité P)

Une montagnarde locale, rustique, productive résistante aux maladies, goûteuse et à bonne conservation.

Variété issue d’un semis de hasard sur un rocher au dessus de Cruseilles, en Haute Savoie. Sa production a été intensive autours d’Annecy avant la 2ieme guerre mondiale. L’arbre est très fertile, vigoureux et peut avoir besoin d’un éclaircissage occasionnel. Ses grosses pommes sont vertes à jaune paille lavées de rouge. Elles sont sucrée, acides, parfumées, juteuses et fermes. Elles se croquent tout autant qu’elles se cuisent ou peuvent être utilisée transformées en jus ou cidre. Leur conservation est très bonne : consommation de décembre à mars.

Api noire : sur M111 (qualité P) ou Franc

Un arbre frêle mais très fertile, produisant de belles petites pommes d’un rouge ardoisé, à chair fine très juteuse, sucrées à consommer de décembre à avril.

Attrape Gourmand : sur franc 

Arbre reproduit il y a une trentaine d’année à partir d’un arbre remarqué à Saint Martin le Vinoux. D’autres pommiers similaires étaient également présents à Quaix en Chartreuse et à Provésieux.  Les arbres sont dressés, vigoureux, parfaits en plein vent. Les fruits ressemblent aux Carcavelles en plus rouges : légèrement coniques,  sucrées et parfumées. La coloration rouge vive précoce peut donner envie de consommer les fruits dès septembre, mais il faut attendre novembre pour les déguster, et ce jusque février/mars si l’on n’a pas tout mangé avant … Pomme préférée de Mme Bourdat parmis un verger de plus de cinquante arbres, elle les décrit ainsi : « délicieuses à chaire fine et blanche ». Son génotypage unique a été mis en évidence lors des inventaires de la diversité cultivée en chartreuse.

Barbe de Vienne : sur Franc ou M111

Une bonne pomme répandue dans la région, portée par un arbre vigoureux, fertile, rustique et résistant.

Les fruits sont jaunes lavés de rose sur son quart. Sa chair verdâtre est parfumée, sucrée, peu acide, gouteuse et de texture fine et ferme. Sa longue conservation permet de l’apprécier en fruit de table, cuite ou en cidre. Sa floraison est tardive, la mettant à l’abri des gelées.

Belle des bois (Rhode Island Greening) : sur Franc 

Il s’agit de l’une des plus ancienne pomme américaine (avant 1700). De très gros fruits jaunes/verts bosselés sucrés, très parfumés, excellents en tarte, compote, jus de pomme mais aussi bonne à croquer. Ils sont portés par des arbres vigoureux productifs, peu alternant et résistant aux maladies. La préférée parmis les pommiers anciens de la Tit’ferme !

Belle fille : sur Franc ou M111

Pommier ancien (1600) très vigoureux pouvant servir d’intermédiaire de greffe. Il produit en abondance et régulièrement des de belles pommes jaunes à la chair odorante, à la fois tendre et croquante. Juteuse, sucrée, légèrement vineuse et à la très bonne saveur, de première qualité, elles se consomment de novembre à avril crues ou cuites en compote.

Belle Fleur Jaune : sur Franc, ou M7

Une très bonne pomme ancienne de longue conservation portée par un arbre rustique.

Les fruits sont de beau diamètre, jaunes, mouchetés de gris, acidulés-sucrés, très juteux, à la fois tendres et croquants. Elle se récolte en octobre mais n’est totalement mature qu’en décembre et sa très bonne conservation permet de la consommer jusqu’en mars.

Belle Rivet : sur Franc ou M111

De très grosses pommes vertes puis jaune d’or, à consommer de novembre à avril et de bonne conservation. La chair est tendre, juteuse et sucrée, très bonne crue et en compote (sans avoir besoin d’écraser les pommes). Les fruits ont une délicieuse odeur de coing. L’arbre mère provient du Touvet ou il se comporte particulièrement bien et produit en abondance et sans alternance d’une année sur l’autre.

Calville blanche d’hiver : sur franc

Arbre vigoureux portant de gros fruits décoratifs allongés et côtelés jaune clair, autrefois réservées aux rois et aux gourmets (1500). Les pommes sont tendre, sucrées, croquantes, parfumées et savoureuses. Excellentes crues, elles ne le sont pas moins en compotes : «  la compote de calville comptait parmi les plus grand desserts » en 1633.

Calville d’Oullins : sur franc

Variété régionale produisant des pommes brillantes d’une belle teinte rouge pourpre, à la chair blanc rosée, un peu acidulée et parfumée qui se consomment jusque mars. Bonne crue, encore meilleur cuite. très vigoureux et productif.

Calville du roi : sur M111 

Variété ancienne (1600). Des fruits volumineux, coniques et côtelés à la peau d’un beau jaune citron devenant brun face au soleil. Leur chair est ferme et croquante, juteuse, acidulée/parfumée et au parfum délicat.

Champ gaillard : sur franc ou M7

Pommier des alpes du sud produisant de bonnes pommes juteuses et acidulées jaunes tâchées de rouge à l’insolation qui se gardent jusqu’en avril.  L’arbre est rustique et peut se cultiver sans souci jusqu’au moins 800m d’altitude.

Cloche : sur Franc ou M111 

Une bonne montagnarde , ancienne et rustique.

Pomme originaire de suisse et d’alsace, originale. Les très bons fruits sont verts pâles puis jaune carmin, juteux, croquante, à l’acidité rafraichissante. Leur conservation est excellente (jusque mai), et elle se consomment crues ou en jus. Les fleurs sont peu sensibles au gel, l’arbre est de vigueur moyenne mais alternant.

Colapuy : sur franc

Aussi appelée pomme grelot (ses pépins sonnent comme un grelot lorsqu’elle est secouée), elle est originaire de Russie et aurait été ramenée par le soldat Nicolas Puy à son retour de Crimée vers 1854. Ce pommier de faible vigueur est rustique, très résistant à la tavelure et l’oïdium. Il produit des pommes rouge bordeaux à la chair ferme douce-amère, juteuse, sucrée et parfumée parfaites pour du cidre, mais aussi à croquer et à cuir. Il fait partie des rares pommiers auto fertile, bien qu’un compère polinisateur est toujours conseillé.

Court Pendu Rouge : sur M26

Une belle pomme, très ancienne et rustique.

Les fruits sont rouge cuivrés, moyennement acidulés et sucrés, très juteux, croquantes, au grain fin. Ils se consomment jusque mars. La floraison est tardive et résistante au gel. Les arbre sont vigoureux, fertile mais de mise à fruit lente.

Coutras : sur franc

Arbre vigoureux, résistant et fertile à port retombant, emblématique des Pyrénées centrales. Très bons fruits bosselés jaune citron à rose, juteux sucrés et parfumés de très longue conservation.

D’Eylau : – plus dispo

Une bonne pomme productive et rustique.

La variété a été rapportée de Russie en 1812 par un soldat de Napoléon. Elle a longtemps été cultivée en Haute Combe de Savoie, Maurienne et Tarentaise. Les fruits sont jaunes vifs, presque entièrement recouvert de rouge vif avec des stries plus foncées, très sucrée, faiblement acide, juteuse, à texture fine. La conservation des fruits est bonne (jusque mars). L’arbre est rustique.

Double Rose : sur Franc ou M111

Variété très ancienne, probablement bretonne portant des fruits jaunes lavés de rouge, juteux, sucrés, parfumés. Les arbres  sont résistants au chancre, mais ne supporte pas les traitements à base de cuivre.

Fenouillet gris ou Pomme d’Epice d’Hiver : sur M7 

Pommes rugueuses légèrement bosselées, gris roussâtres sur fond jaune, à chair à la fois tendre et croquante, fine, juteuse, très sucrée, au parfum musquée délicat et prononcé la classant parmis les pommes de première qualité. Son goût évoque le pain d’épice ou encore un crumble doré au four. Les arbres de cette variété  ancienne (1600) sont résistants aux maladies (tavelure et bitter pit)

Fer de Savoie : – plus dispo

Une locale, rustique, à la production régulière et à l’excellente conservation.

Les fruits sont d’un rouge profond, rosés sous l’épiderme, très fermes, légèrement acidulés. Son noms lui vient de sa peau épaisse qui lui confère une grande résistance aux chocs, maladies fongiques, vers et une excellente conservation. L’arbre a une floraison très tardive, un port dressé puis étalé assurant une production abondante et régulière.

Fraise : sur M7 ou M9

Il s’agit d’une variété ancienne allemande de 1500. Pomme bien rouge, à la chair souvent rosée sous sa peau, fine et croquante, juteuse, très sucrée, au parfum des plus savoureux. Les fruits se conservent jusque mars.

Jolibois : M111

Très bonnes pommes jaunes striées de rouge, bien juteuses, très sucrées et parfumées, dont la qualité augmente avec le temps de conservation. Elle se consomme cru, en jus ou cidre. L’arbre est résistant à la tavelure.

Muscadelle : M106 (scion de 2 ans)

Une inconnue issue d’un dernier arbre à Allevard.

Cette variété est en cour d’identification ADN. Les fruits sont jaunes et rouges, plus hauts que larges, croquants, juteux et mi acide. L’arbre a une croissance très vigoureuse.

Patte de Loup : sur Franc (qualité P), ou M7

Très bonne pomme moyen-âgeuse et fertile.

Les fruits se récoltent début octobre pour se consommer l’hiver, de décembre à avril. Ils sont originaux : rugueux, jaunes bronzé avec une cicatrice caractéristique, comme un coup de griffe. La chair est sucrée, acidulée, au parfum anisé, juteux; et se consomment crus comme cuits.

Pointue de Trescléoux : sur France ou M111

Variété originaire des hautes alpes, résistant aux maladies. Ses gros fruits jaunes d’or, croquant, sucrés, relevés et agréablement acidulés se conservent jusqu’en mai. Il s’agit d’une des dernières variétés à fleurir, assurant des récoltes même en cas de gelée tardive.

Rayée du Bouchage : sur Franc

Un beau pommier productif peu alternant et local.

Variété ancienne originaire du Bouchage (Morestel), dont un arbre a été identifié à Attignat Oncin chez Claude Mailland, un des derniers arboriculteurs de l’avant pays savoyard. Les fruits sont les derniers à être récoltés. Ils sont bons, rouge vifs rayés, pour le couteau, le jus ou le cidre. L’arbre rustique, vigoureux et peu alternant croûle chaque année sous les pommes. Claude vous dirais que si il faut planter un pommier, c’est lui là …

Reinette d’Armorique : sur Franc ou M111

Rustique, résistante à la tavelure, de bonne conservation et parfumée.

Les fruits de bonne qualité se consomment de janvier à mars, ils sont rouge orangés sur fond vert jaune, d’aspect rustique, à chair dense, parfumée, acidulée et juteuse. La floraison de cet arbre est tardive, sa vigueur forte à port retombant, une bonne fertilité mais de l’alternance si non éclairci.

Reinette Baumann : sur Franc

De bons fruits, pour une bonne production régulière et une mise à fruit rapide.

Cette variété est bruxelloise, de 1800. Les fruits sont gros, jaunes lavés de rouge, au goût de fraise, croquants et de bonne conservation. Les arbres sont de faible vigueur et étalés.

Reinette Blanche : sur M26 (scion de 2 ans)

Une variété très ancienne, résistante, rustique, produisant de bonnes pommes.

Originaire de Normandie dans les année 1500. Les gros fruits sont lisses, jaunes d’or à points roux avec parfois une joue rosée au soleil. Ils sont sucrés acidulés, bien parfumés à saveur épicé, assez juteux et fermes. Le chair devient fondante au long de la conservation. Cette variété se consomme au couteau ou en jus. C’est aussi une bonne pollinisatrice. L’arbre est de moyenne vigueur, à port en boule, fertile, peu sensible aux maladies.

Reinette blanche du canada : sur franc ou M111

Pommier très vigoureux, rustique, résistant aux maladies et très productif. Les très grosses pommes sont côtelées, rugueuses, d’aspect rustique qui cache une excellente qualité gustative : chair tendre juteuse et très parfumée, sucrée et acidulée. Sa longue conservation permet d’en profiter tout l’hiver, crues, cuites en compote ou pâtisserie.

Reinette Clochard : sur M111

Une très bonne ancienne rustique, résistante et d’excellente conservation.

Originaire de l’ouest, ses fruits se récoltent dès septembre et se consomment de novembre à avril. Ils sont liégeux, à fond vert jaunâtre puis jaunes à lenticelles étoilées et tâchés de brun. La chair est fine, dense, juteuse, ferme, sucrée et bien parfumée. Ils se croquent et se cuisent, notamment pour des pâtisseries. L’arbre rustique a une floraison tardive, une vigueur moyenne, un port érigé basitone et trapu, une bonne production et une faible sensibilité à la tavelure.

Reinette grise ancienne : sur M26 (scion de 2 ans)

Pomme parfumée, de bonne conservation, résistante et rustique.

Peau grise, chair croquante, blanc verdâtre, très sucrée, peu acidulée, au parfum agréable proche de la grise du canada. Très bonne à croquer et à cuir, elle se conserve jusque avril. L’arbre a une forte vigueur.

Reinette grise du Canada : sur franc

Très bonne pomme rustique et résistante à la tavelure.

Cette variété anglaise date de 1800. Les gros fruits se récoltent fin septembre, pour une consommation de novembre à février. Leur peau est couleur cannelle, couverte de russeting, à chair juteuse, compacte, sucrée, légèrement acidulée, parfumée. La floraison est mi tardive et survie aux gelées. L’arbre est de forte vigueur, à port ouvert retombant.

Reinette grise de Saintonge : sur M111

Très bonne pomme de bon volume, grise bosselée, croquante, acide-sucrée et légèrement anisée. L’arbre formé par cette variété ancienne est très fertile et bon polinisateur. Sa conservation peut aller jusque mai.

Reinette grise du Touvet : sur franc

Une bonne pomme grise issue du verger de Mr Bourdat au Touvet. Les pommes sont de type reinette grise, quoi que plus petites et d’un gris tirant sur le vert et à l’excellente saveur musquée.

Reinette Marcel : sur franc ou M111

Des fruits de belle taille, jaune d’or lavés de rose, juteux, sucrés et parfumés, de bonne qualité gustative à croquer. Cette variété régionale  (Ain) à l’art d’échapper aux gelées et est de bonne conservation. L’arbre est particulièrement dressé et vigoureux.

Reinette de Savoie : sur franc

Une pomme agréable, sur un pommier rustique.

Ses pommes ont un épiderme jaune paille parfois lavé de rose orangé à l’insolation. Leur chair est sucrée, parfumée, juteuse, fondante et croquante à la fois. Elle est mature en décembre et de bonne conservation. Ils se croquent, se cuisent et se transforment en cidre. la floraison est tardive et le port de l’arbre retombant

Sainte Germaine : sur franc ou M7

Aussi appelée De l’Estre ou Reinette de Brive.

Une ancienne très appréciée pour ses fruits de longue conservation (juin) et rustique.

Variété originaire d’Auvergne, datant de 1750. Ses fruits ont la peau épaisse, rugueuse, jaune vert parfois lavés de rose au soleil; et une chair juteuse ferme, sucrée, un peu acide et bien parfumée. Elle se consomme de toutes les manières, et devient plus sucrée à partir de décembre pour une conservation jusque mars. Sa floraison est tardive. L’arbre est vigoureux, dressé, productif, peu sensible aux maladies mais alternant.

Tardive de Pressins : – plus dispo

Cet arbre, trouvé dans un vieux verger à Pressins, produit les fruits préférés de Pierre Maffre, croqueur de pommes. Elles sont lisses, d’un jaune citrin lavé de rose, moyennement acides et sucrées mais goûteuses. Les pommes croquantes et sucrée se consomment de décembre à mars. L’arbre érigé et vigoureux a une floraison tardive, ce qui lui permet d’échapper aux gelées. L’analyse génétique a révélé un nombre élevé d’allèles rares, ce qui rend la multiplication de cette variété intéressante.

Teint frais : sur franc ou M111

Les gros fruits doivent leur nom à leur jolie couleur : ils sont jaunes teintés de rouge saumoné au soleil. La chair est fine, croquante, sucrée et acidulée. Les fruits sont de tout usage : à croquer, à cidre, à tarte … Leur conservation est excellente.

Winter Banana : sur franc ou M111

Une pomme au gout original.

Obtenue en 1876 aux états unis, elle se consomme de décembre à février. Ses gros fruits ronds ont une peau jaune, rosée à l’insolation avec un pli vertical. Leur chair jaune crème est juteuse, tendre, sucrée, à la saveur musquée rappelant la banane. Elles sont sensibles aux manipulations. Les fruits se ramassent en octobre mais ne se consomment qu’à partir de décembre jusque fin janvier. L’arbre est moyennement rustique et vigoureux, mais fertile et à mise à fruits rapide.

Des pommiers mystérieux dont la description reste inconnue, il faut être un brin aventureux pour en adopter un :

  • Du Cloître : – plus dispo

Greffon prélevé au monastère de la grande chartreuse par Hervé Monin, arboriculteur à St pierre de Chartreuse. L’on n’en a pas encore vu les fruits …

Royale de Gisèle : sur franc

Gisèle à la Bauche l’appelait « ma royale ». Je n’ai pas pu goûter les fruits, et ni l’arbre, ni Gisèle ne sont encore là pour en témoigner.

Suisse Panachée : sur M106 (scion de 2 ans)

Un jeu de piste pour cette variété transmise par le verger de Schneider : Une pomme bergamote, ou suisse orange ? … mais est elle vraiment suisse ?

Surprise :

Une étiquette s’est envolée ! trop dur de choisir, vous pouvez laisser la place au hasard et adopter un pommier surprise. Tarif réduit 10 euros.

Porte Greffe :

Afin de préserver les variétés, celles ci sont greffées sur des porte greffe. Vous avez le choix entre différents porte greffe selon votre sols et la vigueur/longévité/production de l’arbre que vous souhaitez :

  • Le Malus Comunis Bittenfelder : Il s’agit d’un franc issu de semis, sélectionné pour son homogénéité : forte croissance, longévité, rusticité et adapté à tous les sols : pour de beaux pommiers autonomes qui nourriront plusieurs générations ! Il faudra cependant être patient avant d’en goûter les premiers fruits car il tarde en moyenne 6 ans à fleurir, mais peut ensuite produire plus de 200Kg/an.
  • M111 : Vigoureux (4 à 6m de haut), mais moins que le franc, il a un bon enracinement en sol non calcaire et résiste bien à la sécheresse. Il atteint une bonne production en 5 ans. Il peut se conduire en arbre de plein vent, haute ou basse tige.
  • M7 : Un porte greffe intermédiaire pour basse ou moyenne tige avec un bon ancrage. Il tolère tout type de sol : lourd, sec, pauvre, calcaire et un climat froid. Sa mise à fruits est rapide mais il a tendance à drageonner.

  • Le M106 : Vigueur moyenne à forte (3m de haut), il supporte bien tous les sols, même calcaire, ne craint pas le gel ni l’asphyxie racinaire. Il n’apprécie cependant pas la sécheresse. Il peut se conduire de toutes les manières : demi tige, basse tige et palissé. Il met à fruit rapidement (3 à 4 ans) et abondement mais ne vit que 25 ans. Les campagnoles terrestres raffolent de ses racines, à protéger à la plantation !
  • Le M26 : une vigueur moyenne (2,5 à 3m de haut), pour basse tige et palissé. Ce pommier a malgré tout un bon ancrage. La mise à fruit est rapide : 3 ans, mais il craint le calcaire, les sols lourds et humides et la sécheresse.
  • Le M9 : Pour les pommiers nains (2,5m de haut) : palissés ou en forme libre tuteurés. Ils nécessitent soin et irrigation, mais produise vite (2 à 4 ans) et abondement. Leur longévité est d’environ 25 ans.